Oct 03

AREVI s’engage !

AREVI s’engage et vous propose de signer deux pétitions importantes.

 

VIOL d’enfant : Changeons la loi car un enfant n’est jamais consentant

VIOLER UN ENFANT EST UN CRIME

 

 

Sep 26

Le témoignage d’une adhérente

 

« Le groupe de parole est un lieu où je me sens libre d’exprimer mes ressentis et mes difficultés au quotidien en lien avec l’inceste que j’ai vécu enfant. La parole des autres m’éclaire sur ce qui est dans l’ombre pour moi et ce que je n’arrive pas à mettre en mots.
Le cadre et la bienveillance du groupe me permettent de me sentir en sécurité et accueillie.
En devenant adhérente, j’ai expérimenté les ateliers d’écriture, d’arts plastiques, de films qui m’ont nourri, chacun à leur manière et continuent à m’enrichir et à exprimer d’une autre manière les violences subies et les conséquences.
De belles découvertes pour mon enfant intérieur et moi même.
Leticia. »

Sep 13

Une déclaration de Krystel !

Si parler est essentiel, être entendu l’est encore plus.

(Retour d’expérience / Formation groupe de paroles / Albanie).

Elles s’appellent Elda, Rina, Kristina, Ismet ou Megi, elles auraient pu tout aussi bien s’appeler Isabelle, Sophie, Caroline ou Marie. Ils auraient pu s’appeler aussi Jona, Mehmet ou Antoine ou Baptiste…ils sont bien moins nombreux, mais leurs paroles sont encore plus rares…c’est dire le silence assourdissant dans lequel ils vivent.

Elles et Ils vivent dans un pays nommé l’Albanie. Ils et Elles vivent aussi en France, et dans tous les pays du monde. Elles et Ils sont une minorité silencieuse. Mais le silence, par instant, peut être singulièrement percutant. Le silence est quelques fois une drôle de maladie dont vous pouvez presque mourir sans que personne ne s’en aperçoive. Vous êtes là, debout, à parler, de tout et de rien, du beau temps et de demain à venir, mais vous êtes morts à l’intérieur, et personne ne le remarque.

Rina, Ismet, Jona et tous les autres ont souvent cet air bravache et souriant pour que personne ne puisse jamais soupçonner l’insoupçonnable…comment ils sont morts…un matin, un après-midi, une nuit. Parce que dans toutes les cultures du monde, ce n’est socialement pas acceptable de dire en phrase de présentation :

– « Bonjour, je suis mort(e) tel jour et à telle heure, mais depuis je ne sais pas trop comment mon corps continue à vivre ».

Kristina, Baptiste, Megi et ceux qui survivent encore, sont bien éduqués. Ils n’aiment pas déranger les autres dans leur confort. Alors ils se taisent.

Seulement parfois, ils dérapent un peu. Ils sont fatigués de cette mort interminable qui ne semblent même pas vouloir d’eux. Alors ils osent. Ils osent des paroles, des mots fragiles sur le jour de leur mort. Et ils voient. Les regards, les attitudes, les phrases énoncés à l’emporte-pièce et qui ne veulent rien dire. Alors ils arrêtent. Et ils repartent en sens inverse. Ils repartent au pays du Silence.

Ce n’est pas tant qu’ils le trouvent merveilleux ce pays du Silence. Mais il a cette bienveillance que la plupart des non habitants de ce dit pays n’auront presque jamais. Et ça leur fait du bien la bienveillance, à tous les Rina, Ismet, Marie et David du monde. Ils n’en ont pas trop l’habitude.

Et puis un jour, Mehmet, Elda, Antoine se rencontrent. Très vite, ils se rendent compte que quelque chose se produit : ils parlent la même langue : la Honte. Ils habitent le même pays : le Silence. Ils ont la même constitution parlementaire : le Non-Droit.

Au début ils balbutient, puis très vite, les mots deviennent des phrases, qui se meuvent en torrent et en fleuve. Petit à petit, la mort s’éloigne, la vie, leur vie d’avant leur mort, se fait plus proche. Ils perdent leur sourire et leur armure, les larmes perlent à la commissure de leurs cils, ils se touchent, s’embrassent, rient aussi. La vie, s’empare à nouveau d’eux. Ils relèvent la tête, l’espoir renaît, ils ne veulent plus mourir. Juste, ils ne savent pas encore recommencer à vivre.

Car comment fait-on pour continuer à vivre lorsqu’on vous renvoie un jour, un matin, un après-midi dans une zone de non-droit ? Comment fait-on pour continuer à vivre avec les images de son corps dépossédé par un autre sans qu’on l’ait autorisé ?

Ce n’est pas qu’ils sachent comment faire d’ailleurs, c’est juste qu’ils n’ont pas d’autres choix.

– « Ou tu continues ou tu meurs ». Elda, 45 ans.

Ismet, Rina, Jona, Mehmet, Marie, Baptiste ont choisi de vivre et d’en finir définitivement avec la zone de Non-Droit. Contrairement à d’autres. A qui on a n’a laissé aucun choix.

– « Au début, je peinais à savoir si j’étais encore vivante. Et même, je les haïssais encore plus de ne pas avoir été au bout de leur entreprise mortifère. Ils pensaient me laisser en vie, mais j’étais pire que morte, j’étais exsangue. A bout de souffle. Si j’avais eu une voix, je les aurais suppliés de m’achever ». Ismet, 27 ans.

Kristina, Megi, Jona et tous les autres ont cette fausse interrogation (parce qu’ils en connaissent déjà la réponse) :

– « Les rares fois où je risque quelques paroles sur mon histoire sordide, je suis la plupart du temps confronté à : Non, mais il faut que tu comprennes que pour nous c’est trop difficile à entendre. Mets-toi à notre place !

Le pire ? Je les entends et même je les comprends. Mais je n’en peux plus. De ces discours. Je passe mon temps à me taire parce que je comprends que c’est inaudible. Mais moi, quand est-ce que quelqu’un qui n’a pas vécu ce que j’ai vécu, se met à ma place ? ». Megi, 37 ans.

C’est une question que je me pose aussi souvent, depuis le nombre d’années que je reçois ces paroles d’hommes et de femmes qui ont subi des crimes sur leur propre personne.

Si on se réfère juste aux statistiques des viols (sans même aller jusqu’aux actes de tortures et de barbaries), une femme sur 5 sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de son existence dans le monde. Ce qui signifie que, statiquement toujours, nous avons tous autour de nous 5 à 10 femmes qui ont subi ou subiront ces violences.

Ces femmes vous les connaissez. Elles peuvent être votre collègue, la copine d’un ami, votre sœur, votre mère, votre boulangère ou juste l’amie d’un ami que vous croisez tous les deux mois à une soirée. Elles vous sont plus ou moins proches, mais elles ont un prénom, un visage, une vie. Et elles ne vous le diront probablement jamais. Elles ne vous le diront jamais parce qu’elles savent d’avance que vous n’allez pas vouloir entendre, pas entendre vraiment.

Contrairement à ce que la plupart d’entre vous imaginent, elles n’ont aucune envie de vous narrer dans les détails ce qui leur est arrivé. Vraiment pas. Elles n’ont pas le désir qu’une personne de plus visualise ce que l’on a pu faire de leur corps, le jour où une autre personne tout à fait humaine a décidé de les sortir de la déclaration des Droits de l’Homme.

Que veulent elles alors ? Juste que vous les considériez comme ce qu’elles n’ont jamais cessé d’être (même si elles en doutent souvent) : un être humain. Elles veulent que vous les trouviez lumineuses, belles malgré ce crime. Que le coupable ce n’est pas elles. Que vous ne soyez pas en mesure de faire plus, d’entendre plus, elles le comprennent. Vous pouvez le leur dire et les accompagner à un groupe de paroles, leur donner un numéro de téléphone où des gens formés les prendront en charge.

Arrêtez d’être passif, arrêtez de ne voir un instant que votre propre peur. La leur est bien pire que la vôtre. La leur est réelle.

Surtout arrêtez les jugements. Tous ceux que j’entends et ceux que j’oublie :

– « Depuis le temps, passe à autre chose, tu n’es pas morte non plus !

– Ça va mieux, tu as un travail, une famille, qu’est-ce que tu veux de plus à la fin ?

– Les femmes violées, leur vie est bousillée, elles ne s’en remettront jamais.

– Non mais Polanski, on l’accuse de viol mais la fille elle faisait plus que son âge (au passage, la jeune fille avait 13 ans).

– Tu lui as dit non, au moins ?

– En même temps, tu le connaissais, alors je ne sais pas. Je ne dis pas que tu mens, mais c’est ton interprétation. Tu sais il y a toujours deux visions des choses.

– En tant que femme fais attention à ton comportement. Les gens peuvent s’imaginer des choses sur toi. Quand tu es un homme tu peux, c’est différent.

– Ton groupe de paroles, c’est bien gentil, mais tu sais c’est une béquille. Et puis je ne pense pas que voir des personnes qui ont vécu ce genre de choses t’aident.

– Evite de le dire. Les gens jugent vite tu sais. »

Tous les Rina, Ismet, Megi, Mehmet, Jona, Kristina, Baptiste, Marie du monde n’en peuvent plus. Ils n’en peuvent plus de ce genre de discours, de ces pseudos conseils qui se veulent bienveillants et qui n’ont qu’une seule fonction :

Préserver la personne qui reçoit ces paroles fragiles et non celle qui a réellement subi ces atrocités.

Regardez-les. Vraiment. Voyez la force dont ils font preuve. Pour se tenir debout. Pour continuer à vivre. Pour aimer encore. Pour dire et refuser de se taire malgré la majorité d’entre nous qui ne veulent pas les entendre. Pour vivre tout simplement. Dites-leur. Aimez-les aussi pour cela.

Merci à toutes les Ismet, Elda, Caroline, Yuri, à tous les Mehmet, Jona, David, Sean de par le monde pour rayonner malgré leurs cicatrices invisibles. Parce que vous êtes plus que vivants, vous êtes aussi lumineux, beaux, forts dans vos faiblesses, avec un appétit féroce de vie à reprendre ce dont on vous a dépossédé.

Merci de me faire ce cadeau : de m’accorder une confiance que l’on vous a confisquée sauvagement, sans rien me demander en retour.

Juin 26

ATTENTION : où retrouver AREVI cet été ?

Le centre Cerise qui accueille nos groupes de paroles ferme ses portes durant les deux mois de juillet et d’août cette année.

Nous avons pensé que cette coupure (que nous regrettons mais quant à laquelle nous n’avons pas de moyen d’action) serait trop longue pour ceux qui ressentent le besoin et les bienfaits de venir aux groupes de parole.

Nous avons donc décidé d’organiser des groupes alternatifs (avec les mêmes horaires, les mêmes règles de prises de parole et le même déroulement : il faudra juste prévoir un coussin pour vous asseoir car il n’y a pas de chaises, ce sera une version des groupes un peu plus bohème;)) les lundi du mois de juillet dans l’atelier de peinture, dans le 20e, dévolu à l’association d’habitude lors des week-end mais exceptionnellement le lundi soir également durant ces quelques semaines.

Comme il s’agit d’un lieu privé, nous ne donnons pas l’adresser sur le site, mais il vous suffit de nous écrire à assoarevi@gmail.com et de nous prévenir de votre venue (si possible quelques jours avant afin d’être sûrs d’être lus et d’avoir une réponse) pour que nous vous l’indiquions par mail.

Ces groupes délocalisés commenceront le lundi 3 juillet, à 19h30.

Pour le mois d’août, nous verrons avec le bureau s’il est possible, compte tenu des absences de plusieurs d’entre nous, de poursuivre l’expérience : nous vous tiendrons au courant sur le site.

La rentrée à Cerise est annoncée le 5 septembre, donc le premier groupe de l’année 2017-2018 devrait s’y tenir le 11 septembre : là aussi, venez vérifier sur le site au cas où Cerise modifierait cette date entre temps.

Bel été à toutes et tous !

Mar 23

Compte-rendu du congrès Paroles d’enfants des 14 et 15 novembre 2016

Deux adhérentes d’AREVI ont assisté à ce congrès et vous trouverez leur compte-rendu dans la rubrique « événement » de « s’informer » ou en suivant ce lien: http://incestearevi.org/nous-informer/colloques/congres-paroles-denfants-14-et-15112016/

Le thème de ce congrès était  » Les rendez-vous manqués avec les souffrances muettes des enfants ».
Bonne lecture.

Mar 22

Témoignage d’Agnès B. dans Marie Claire

Sur le site de Marie Claire, vous pouvez lire le témoignage d’Agnès B. en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.marieclaire.fr/,agnes-b-j-avais-12-ans-mon-oncle-est-tombe-fou-amoureux-de-moi,844267.asp

Mar 20

Mobilisation le 6 mai 2017 devant l’Assemblée Nationale

AREVI relaie cette mobilisation mais n’en n’est pas l’initiateur,

Après le 8 OCTOBRE 2016, manifestation devant l’Elysée, et le 11 MARS 2017, manifestation devant le Sénat,


Le 6 MAI 2017 : Manifestation devant l’Assemblée Nationale !
Comme toutes les autres, cette manifestation sera citoyenne !

Nous ne sommes pas une association, nous sommes les masques blancs (une belle et grande famille), les victimes du passé de l’inceste et de la pédophilie, qui se mobilisent pour dire « Plus jamais ça », les victimes du déni de la justice, des politiques et de la société. Nous nous redressons pour défendre les enfants d’aujourd’hui et de demain.

Je m’adresse aux hommes et aux femmes, pour qui la vie a encore un sens, pour qui la justice est fondamentale, pour qui la souffrance d’enfants innocents est intolérable, alors donner une seule journée dans votre vie pour le bien des vôtres et des autres, rejoignez nous le 06 Mai 2017 !

Ce masque, représente l’innocence de l’enfance, celle qu’on nous a volée dans le passé, aujourd’hui nous le portons avec fierté.
Aujourd’hui, il devient le symbole de notre courage, de notre force et de notre renaissance.
Nous passons de victimes aux masques blancs, Nous passons du mutisme à l’expression ! Nous passons de la solitude, à l’union ! Nous passons de l’ombre à la lumière.

Ce qui fût notre pire cauchemar, devient aujourd’hui notre plus grande force!

Merci à vous tous de partager notre événement !

Mar 15

Projet de documentaire sur l’inceste d’Olivier Spiro

Notre Association soutient et accompagne le projet du réalisateur Olivier Spiro qui monte un documentaire sur l’inceste : nous l’avons accueilli, en tant que proche de victimes, lors d’un groupe de paroles du dernier lundi du mois et nous nous faisons son relais ici afin que ceux qui souhaiteraient s’engager dans cette aventure en témoignant, à visage découvert, dans son film, puissent le/nous contacter.

Voici la note d’intention de son documentaire : n’hésitez pas, victimes d’inceste déterminées à faire avancer la lutte contre ce tabou et pour une meilleure reconnaissance de nos souffrances, de nos besoins et de nos combats, à nous écrire ou à venir nous rencontrer lors des groupes de parole hebdomadaires, tous les lundi au 46 rue Montorgueil , pour évoquer votre éventuelle participation à ce beau projet !

Isabelle, présidente d’AREVI.

 Réunis dans le cadre d’un groupe de parole ouvert aux victimes d’inceste, des femmes et hommes témoignent. De ces récits singuliers vont émerger une multitude d’interrogations communes : Qu’est ce que l’inceste ? Quels traumatismes engendre-t-il ? Comment sortir de ce silence destructeur et retrouver la parole ? Comment vit-on au quotidien quand la douleur semble indélébile ? « Après le silence » est un projet de documentaire audiovisuel construit autour de ce groupe parole, et de l’expérience de professionnels, psychologue, neurologue, magistrat, confrontés à l’inceste. 

 « Après le silence » est documentaire écrit et réalisé par Olivier Spiro et destiné à la télévision

Mar 15

Beaucoup de « Quelque chose » !

Quelque chose

Ecrit (et joué) par Capucine Maillard, avec Jade Phan-Gia, Carole Sauret, Luc Alenvers, Claire Guillamaud et mis en scène par Andrea Bescond (Molière 2016 pour le spectacle »Les chatouilles »)

Théâtre ciné 13, jusqu’au 26 mars 2017.

Nous sommes allés découvrir la pièce de Capucine Maillard mercredi dernier, le 8 mars, dont une de nos adhérentes avait repéré l’appel à financement et qu’Arevi suit depuis avec grand intérêt.

Sur scène, quatre personnages, quatre femmes, qui se retrouvent pour la fête de la musique : en quelques minutes, on a l’impression de déjà bien les connaître, et envie de les accompagner. On discerne des personnalités très diverses mais unies par une expérience traumatique, l’inceste, -elles se sont rencontrées lors d’un groupe de parole- et un appétit de vivre qui défie ce terrible passé malgré tout.

Pour ceux qui, comme nous, ont vécu l’inceste, et viennent déposer, le lundi soir, leurs mots et leurs maux lors des groupes de parole, les dialogues sonnent particulièrement juste, le combat touche au cœur.

On y sent la douleur et la honte, toujours vives, mais aussi l’espoir, la capacité à rebondir, à s’entraider, la fierté de vivre, encore, plus fort et plus en avant chaque jour.

Une image m’a particulièrement marquée : un des personnages évoque les femmes boliviennes qu’elle a croisées lors d’un de ces voyages-fuite qu’elle multiplie et qui, dans l’atmosphère raréfiée des montagnes, parcourent d’immenses distances, en faisant de tout petits pas, courageusement, obstinément…

Cette pièce est une flèche d’énergie, qui file sans reprendre son souffle durant une heure quinze : ça cogne, ça remue, ça donne envie de rire et de pleurer…merci à Capucine Maillard d’avoir écrit et porté ce texte, à Andrea Bescond de l’avoir mis en scène et aux comédiennes de l’avoir fait vivre pour nous.

Isabelle , présidente d’Arevi.

Mar 14

Actuellement au théâtre ciné XIII, la piéce « Quelque chose » a pour sujet l’inceste

Ecrit par : Capucine Maillard
Mise en scène : Andréa Bescond
Avec : Jade Phan-Gia, Carole Sauret, Luc Alenvers, Claire Guillamaud, Capucine Maillard

« Quelque chose » une tragi-comédie lumineuse.

La fête de la musique bat son plein. 4 femmes s’y retrouvent pour rire et danser. Elles ne se connaissent pas, ou à peine. Elles se sont rencontrées dans un groupe de parole. Ce qu’elles ont en commun ? Un traumatisme. Quelque chose leur est arrivé … Le temps d’une nuit improvisée, Cléo, Vic, Lucy et Michèle vont convoquer leur formidable envie de vivre : de fous rires libérateurs en confidences intimes, meurtries dans leur chair, elles s’allègent, elles partagent, elles affrontent, elles renaissent.

 

réservations sur le site du théâtre
http://bit.ly/2jnRFHA
ou sur Billet reduc
http://bit.ly/2m8lzC9

Ou demi-tarif pour les adhérents d’AREVI le jeudi soir uniquement. (précisions envoyées par mail).

Articles plus anciens «